Louis Zamperini

Louis Zamperini à l’âge de 32 ans

Capturé par la grâce

Louis Zamperini est né en 1917 aux USA de parents italiens émigrés.

 Il est devenu célèbre après avoir couru, à l’âge de 19 ans,  le 5000 mètres en 1936 aux jeux olympiques de Berlin.

 Il fut recruté pendant la Seconde Guerre mondiale comme aviateur. Son avion B24 (qui s’était déjà abîmé une fois lors d’un atterrissage) s’est écrasé dans le Pacifique Sud. “J’ai courbé le dos et j’ai refait surface en avalant du carburant et du sang”, a déclaré Zamperini.

Seuls Zamperini et deux autres des onze membres de l’équipage ont survécu à la catastrophe.
Tout en s’accrochant à un radeau de survie, Zamperini a prié pour l’une des premières fois de sa vie: “Dieu, si je survis à cette épreuve et que je reviens vivant en Amérique, je te chercherai et je te servirai”. Ils se sont nourris de poissons, d’albatros et de petits requins. Un jour, ils ont été mitraillés par un avion japonais pendant une demi-heure et laissés pour morts. Quelques jours plus tard, leur coéquipier Mc Namara est mort et a du être jeté à la mer. Leur bateau a dérivé pendant 47 jours.

Louis Zamperini en 1943

Ils ont été recueillis quelque temps après par un bateau japonais (ils pesaient 30 kg) et transférés sur l’île Kwajaleïn (l’île de l’exécution). Ils furent enfermés dans de petites cellules de terre. Les 60-80 gardiens les faisaient régulièrement sortir pour des interrogatoires.

 «Chacun d’entre eux vous insulte, vous jette des pierres, vous frappe avec des bâtons, vous crache dessus. Ici, vous avez une diarrhée constante. Vous êtes affamés. Ils vous lancent une boule de riz, ils ne la donnent pas. Elle tombe sur le sol. Tu passes des heures à ramasser chaque grain de riz mélangé à la terre. Je pensais que cette histoire ne finirait jamais.»

À trois reprises, Louis a été piqué et utilisé comme cobaye pour des expériences.

Après 43 jours de captivité, Phillips et lui ont été envoyés dans un camp de prisonniers de guerre au Japon. Puis Louis a été rapidement envoyé à Omori. C’est là qu’il a rencontré Matsuhiro Watanabe, alias “L’oiseau”. A son arrivée, ce dernier lui a cassé le nez avec sa canne en bambou.

 “Sa ceinture mesurait environ 15 cm de large, un demi-pouce d’épaisseur et était munie d’une grosse boucle en acier”, a déclaré Zamperini. “Il l’a enlevée et m’a frappé à travers la tempe ce qui m’a fait tomber à terre. Le sang a jailli de ma tête» Il s’est retrouvé avec une oreille ensanglantée. Louis est devenu son souffre-douleur.

“J’étais constamment harcelé par ce type. Et vous pouvez parler de haine. Je voulais le tuer.”
Des cauchemars ont commencé dans le camp de prisonniers et ont hanté Zamperini longtemps après son retour en Californie.

 Vers la fin de l’année 1944, les Japonais ont profité de la renommée de leur prisonnier. Après une première émission de radio prouvant que Louis était vivant, il a refusé de se prêter à une deuxième émission remplie de propagande japonaise et calomniant l’attitude du gouvernement américain.

 J’ai dit : “Je ne peux pas lire ça.” A cause de cela, j’ai été envoyé dans le camp de travaux forcés à Naoestsu.

 Louis était de nouveau sous le contrôle de “l’Oiseau”, et la torture a repris. Watanabe (« l’oiseau ») a exigé que chaque prisonnier du camp donne un coup de poing au visage de Louis ou il frapperait un prisonnier blessé. L’Oiseau a ensuite été muté à Tokyo.

 

DVD retraçant la vie de Louis Zamperini

Les prisonniers du camp ont du être transférés vers la capitale car les troupes américaines gagnaient du terrain. Lorsqu’ils sont arrivés à Tokyo, ils ont été conduits dans un port où ils devaient porter des sacs de charbon sur leur dos. Le chef du camp était Watanabe et les tortures ont recommencé. Une fois, il a exigé que Louis tienne au-dessus de sa tête une poutre en bois hurlant que si elle tombait à terre, le prisonnier soit abattu. Comme il tenait bon, l’Oiseau l’a frappé à coups de bambou, de poings et de pieds.

 En septembre 1945, Louis Zamperini a été libéré. Ses souffrances au Japon avaient duré deux ans.

Il est arrivé aux États-Unis dans le mois qui a suivi. Il s’est marié à Cynthia.

“Les cauchemars avaient lieu toutes les nuits”, disait-il. “Je n’arrivais pas à m’en débarrasser.” Le temps ne guérissait pas ses blessures, il les aggravait.

 Sa femme Cynthia se doutait que quelque chose n’allait pas, car Zamperini se réveillait souvent avec des sueurs froides, en criant. Une nuit, Zamperini a rêvé qu’il étranglait l’Oiseau. Au lieu de cela, il s’est réveillé en étranglant sa femme !

Sa vie s’est dégradée lorsqu’il a commencé à courir après d’autres femmes dans les bars locaux, où lui et ses coéquipiers des Jeux olympiques obtenaient souvent des boissons gratuites. Il s’est mis à se saouler pour oublier les horreurs qui le tourmentaient tant il était effrayé et désespéré.

“J’ai commencé à sombrer”, se souvient Zamperini. “Ma femme a décidé qu’elle voulait divorcer.»

Après avoir survécu à tant de choses, Zamperini était sur le point de tout perdre.

À cette époque, un nouveau couple aménageant dans leur bâtiment a parlé d’un jeune évangéliste qui prêchait dans une grande tente au centre-ville de Los Angeles. «À l’époque, le mot “évangéliste” était un qualificatif vulgaire parce qu’il y avait beaucoup d’escrocs”, note Zamperini.

Ce voisin compatissant a invité Cynthia. Elle a accepté l’invitation et a ensuite reçu le Christ.

Lorsque Cynthia est rentrée chez elle après la soirée, Louis a immédiatement remarqué que quelque chose était différent. “Elle a commencé à me parler d’une paix et d’une joie qu’elle avait dans son cœur”, se souvient-il. Pourtant, Louis s’est obstinément opposé à son invitation à aller écouter Billy Graham. “Elle savait que, pour sauver notre mariage, il fallait que je me convertisse.” Son mari ne voulait pas du christianisme, mais son cœur s’est attendri lorsque Cynthia a déclaré qu’elle ne voulait plus divorcer.

Le lendemain, Cynthia s’est à nouveau tournée vers Louis, et cette fois-ci, il s’est radouci. “Ok, ok, je vais y aller”, a-t-il dit. “Mais quand ce type dira : ‘Que chaque tête s’incline et chaque œil se ferme’, on se tire de là.”

Cette nuit-là, Graham a parlé du huitième chapitre de Jean sur la femme prise en flagrant délit d’adultère. “Il a commencé à prêcher et à citer des passages de l’Ecriture qui m’ont rappelé ma vie”, note Louis. Pourtant, son cœur était endurci. A la fin du message, lorsque Graham a demandé aux gens de baisser la tête, Louis a saisi le bras de sa femme et s’est sauvé de la tente.

Alors qu’ils montaient dans leur voiture, il a dit :”Ne me ramène plus jamais dans un endroit comme ça”.

Cette nuit-là, Louis a connu une nuit de sommeil agité, avec d’autres cauchemars sur l’Oiseau.

 Le lendemain matin, Cynthia était tout aussi convaincue qu’un changement dans le cœur de Louis était le seul moyen possible de sauver leur mariage. Elle est revenue à la charge et l’a convaincu de revenir une seconde fois pour entendre Graham. Louis a averti sa femme : « Dès qu’il dit “chaque tête s’incline et chaque œil se ferme”, nous partons. »

Cette fois, Graham a parlé des raisons pour lesquelles les chrétiens souffrent et pourquoi Dieu semble le permettre. À la fin du message, lorsque Graham a demandé aux gens de baisser la tête, Louis s’est levé pour partir. Alors qu’il se dirigeait vers le bout de leur rangée et se tenait dans l’allée, il a hésité et s’est arrêté.

Graham a dit quelque chose à propos des gens “au bout du rouleau” qui se tournent vers Dieu, ce qui a déclenché en lui un flot de souvenirs. Il pensait à son épreuve dans le camp de prisonnier de guerre japonais, lorsque lui et les autres hommes priaient quotidiennement et où il avait alors promis à Dieu: «Si tu me ramènes vivant à la maison, je te chercherai et je te servirai.»

Sont aussi revenus à sa mémoire ses souffrances sur le radeau. “Sur l’embarcation, nous étions à la merci des éléments sur l’océan. Je suis revenu vivant. Dieu a tenu sa promesse”, a-t-il réalisé, mais il n’avait pas respecté sa promesse.

“Quel piètre menteur j’ai été”, se murmura-t-il à lui-même.

“Parmi toutes mes expériences de mort imminente, ma vie n’est jamais passée devant mes yeux “, a-t-il dit. “Mais, quand Billy Graham a cité les Écritures, ma vie est passée devant mes yeux.”

“Ma vie a défilé devant mes yeux, et j’ai vu que ma vie était hideuse”, a déclaré M. Zamperini. “Oui, j’ai eu beaucoup de bons moments, beaucoup de grandes expériences, et beaucoup de fois, j’ai échappé à la mort, mais je n’aimais toujours pas la vie après la guerre. C’était terrible”.

Au lieu de se diriger vers la sortie, Louis s’est dirigé vers la salle de prière. Là, il est tombé à genoux et a donné sa vie au Christ. “Le Saint-Esprit est venu dans mon cœur et je suis devenu membre de la véritable église, le Corps du Christ.”

Quelque chose d’inhabituel s’est produit alors qu’il s’agenouillait humblement devant Dieu. “Alors que j’étais encore à genoux, j’ai pardonné à tous mes gardiens y compris à l’Oiseau (Je ne m’étais jamais rendu compte que je détestais ce type) et j’ai su que j’en avais fini avec la cigarette, l’alcool et les femmes”.

Cette nuit-là, ses cauchemars ont cessé brusquement. “Le miracle s’est produit, dit-il, c’était la première fois depuis des années que je n’ai pas fait de cauchemar. Je n’en ai plus fait depuis.»

Le lendemain, Zamperini a fouillé leur appartement. Il a jeté l’alcool, les cigarettes et les magazines de filles cachés dans divers endroits. Il a déterré la Bible qu’il avait eu lors de la Seconde Guerre mondiale, s’est rendu dans un parc du coin et s’est mis à lire. “Je suis arrivé à la crucifixion et je me suis mis à pleurer comme un bébé.”

Il a quitté le parc et s’est empressé de retourner voir Cynthia. “Un miracle s’est produit dans ma vie”, dit-il avec enthousiasme.

“Le même miracle m’est arrivé”, a-t-elle dit. “C’est le miracle de la conversion : il se produit au moment où tu crois! »

La transformation de Zamperini a été si radicale qu’il est retourné au Japon pour partager l’Evangile avec des centaines de troupes japonaises qu’il détestait autrefois. Cette fois, c’étaient eux qui se trouvaient derrière les barreaux, emprisonnés pour crimes de guerre. Zamperini a vu beaucoup d’entre eux accepter le Christ.

 En 1998, Louis est de nouveau retourné au Japon pour courir avec la flamme olympique avant les Jeux d’hiver de Nagano.

 Il a été un mari fidèle jusqu’à ce que Cynthia décède d’un cancer en 2001.

 Louis est décédé en 2014 à l’âge de 97 ans.