27 février 2024
Livres Bible

Deutéronome

le livre et son contenu :

La fin du livre des Nombres nous présente le peuple d’Israël arrivé au seuil du pays promis. Le livre du Deutéronome, qui lui fait suite, contient d’abord trois discours que Moïse adresse aux Israélites (1.1-4.43; 4.44-28.68; 28.69-30.20). Moïse y rappelle les oeuvres que Dieu, dans son amour inlassable, a accomplies en faveur de son peuple: il a conclu une alliance avec lui, il l’a conduit durant les quarante ans de la traversée du désert, il l’a protégé contre ses ennemis et lui a communiqué ses commandements et ses promesses. Pourtant il ne s’agit pas d’une simple répétition d’événements ou de lois déjà connus par les livres précédents: Moïse y parle comme un vibrant prédicateur qui, avec chaleur, invite ses auditeurs à se souvenir de la fidélité du Seigneur et à choisir par conséquent la vie en communion avec lui, le vrai Dieu. « Écoute, peuple d’Israël: Le Seigneur, le Seigneur seul est notre Dieu. Tu dois aimer le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force » (6.4-5, cité en Matt 22.37). Ce texte constitue le début du Shema, profession de foi et prière quotidienne des croyants israélites.

Les quatre derniers chapitres du livre contiennent deux textes poétiques et deux récits: d’une part, le chant de louange appelé « cantique de Moïse » (chap. 32); d’autre part, le texte montrant comment Josué est désigné comme successeur de Moïse pour conduire Israël dans le pays promis (chap. 31), et le récit de la mort de Moïse (chap. 34).

La partie centrale du Deutéronome est probablement ce « livre de la loi », qui fut retrouvé au temple de Jérusalem sous le règne de Josias (2 Rois 22) et inspira la réforme religieuse entreprise par ce jeune roi. On perçoit encore les échos de son message dans plusieurs livres de l’Ancien Testament (Rois, Jérémie) et jusque dans le Nouveau Testament (par exemple Matt 4.4,7,10; Marc 12.32).

Conclusion :

Au lecteur d’aujourd’hui comme à celui d’autrefois, le Deutéronome rappelle que le bonheur auquel tout homme aspire ne se trouve réellement que dans l’obéissance fidèle au Dieu sauveur et libérateur, en tout lieu et en toute circonstance.

Société biblique française © 1997