27 février 2024
Livres Bible

Esther

le livre et son contenu :

Le livre d’Esther raconte comment une communauté juive a été délivrée de la menace d’extermination qui pesait sur elle. L’histoire se passe à l’époque où les Perses étendaient leur domination sur tout le Proche-Orient, depuis l’Inde jusqu’à l’Égypte. Un nombre important de Juifs, dont les familles avaient été exilées en Babylonie, n’étaient pas rentrés dans leur pays après la chute du pouvoir babylonien (en 539 avant J.-C.). Ces Juifs rencontraient souvent l’hostilité des peuples au milieu desquels ils se trouvaient, car ils vivaient selon leurs lois et leurs coutumes propres, différentes de celles des autres. En nous décrivant le conflit entre Haman, le premier ministre du roi Xerxès, et Mardochée, le fonctionnaire juif, le livre d’Esther nous en fournit une illustration dramatique. La manière dont Esther, dirigée par Mardochée, devient reine de Perse et parvient ainsi à écarter le danger qui menace son peuple, rappelle que les tentatives visant à détruire le peuple juif ont toujours été vouées à l’échec. Ici, le jour fixé pour l’extermination des Juifs devient celui de la défaite et du massacre de leurs ennemis. La date de ce jour correspond à celle d’une fête juive, la fête des Pourim, célébrée au printemps avant la fête de la Pâque. L’histoire racontée dans le livre d’Esther explique l’origine de cette fête.

Conclusion :

Le livre d’Esther met en valeur le nationalisme et le désir de vengeance des Juifs à un point qui peut étonner ou troubler le lecteur. Il faut y voir une réaction de défense contre le rejet dont les Juifs étaient victimes en pays étranger. Le racisme et le rejet des autres entraînent en général des réactions de ce type et l’histoire d’Esther montre une fois de plus comment la violence produit la violence. Par ailleurs, au moment où le livre a été écrit, c’est-à-dire à une époque où les Juifs avaient perdu tout espoir d’indépendance nationale, il voulait rappeler à ceux-ci de quelles grandes délivrances ils pouvaient être l’objet.

Société biblique française © 1997