Guérie de sa perte de sang!

Alors que mon époux était chrétien depuis longtemps déjà et bien qu’un vide étourdissant existât en moi, je résistai à Christ, je voulais demeurer dans ma religion.

Depuis de nombreuses années, je souffrais d’une perte de sang pour laquelle j’avais consulté plusieurs médecins, subi un grand nombre d’examens et avalé toutes sortes de médicaments, tout cela sans aucun résultat durable. Découragée, j’avais décidé d’abandonner toute prise de médicament et de me résigner à mon état.

Un matin, alors que j’étais seule à la maison et m’apprêtais à quitter ma chambre, j’ai ressenti comme un empêchement, quelque chose d’inexplicable qui me poussait plutôt à prendre la Bible et à la lire. Je ne savais pas comment faire. Dès le retour de mon époux le soir, sans que j’ai eu à lui raconter ce qui m’était arrivé, il me dit : « Si tu sens que le Seigneur te parle, lis le Nouveau Testament ». Ce fut là une réponse pour moi. Le lendemain, j’entrepris, émerveillée par la vie de Jésus, la lecture de cette partie de la Bible. Ma perte de sang était toujours présente.

Un matin, désespérée, je me suis assise au bord de mon lit, prête à pleurer. Brusquement, je me suis rappelé un passage qui avait attiré mon attention dans la Bible (Marc 5 v 24-25) et, pour la première fois, je m’adressai directement à Jésus. Je lui dis : « Seigneur, je crois que tu as guéri cette femme dans la Bible, celle qui avait la même maladie que moi, je crois que tu peux me guérir, si tu le veux. Laisse-moi, comme elle, toucher ton vêtement ». J’ai fermé les yeux, j’ai avancé la main, et par la foi, j’ai touché le vêtement de mon Seigneur. Puis je suis retournée à mes occupations et plus tard dans la journée, j’ai constaté la fin de cette perte de sang.

J’ai été définitivement guérie et dés lors, j’ai accepté, quelques jours plus tard Jésus comme mon Sauveur personnel. Je suis ensuite passée par les eaux du baptême.

Chantal Gonfier (Revue Pentecôte, Oct 2005)